L’initiative Rénovons : un scénario pour la rénovation des passoires énergétiques en France à l’horizon 2025

Par Emplois-Climat, le 23 février 2017

Il existe actuellement 7,4 millions de « passoires énergétiques » parmi les résidences principales du parc privé français, c’est-à-dire des logements particulièrement énergivores ayant une étiquette Energie F ou G. Au-delà de leurs conséquences néfastes sur l’environnement, ces passoires énergétiques dégradent la situation financière et sociale des ménages qui les occupent, parmi lesquels on compte 2,6 millions de ménages modestes. Ces derniers représentent ainsi près de la moitié des 5,8 millions1 de ménages en situation de précarité énergétique selon les indicateurs de l’Observatoire National de la Précarité Energétique.

L’amélioration de la performance énergétique des logements est une solution concrète pour faire baisser la facture énergétique des ménages et de la société française dans son ensemble de manière durable, tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre du secteur résidentiel, actuellement responsable de 11% des émissions totales de la France2.

Un plan de rénovation des passoires énergétiques ambitieux apparaît indispensable pour atteindre les objectifs de la Loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte (LTECV), qui prévoit notamment :
• L’élimination des passoires énergétiques à horizon 2025
• 500 000 rénovations performantes3 par an, dès 2017, avec une priorité au traitement de la précarité énergétique : • 130 000 logements habités par des ménages modestes doivent être rénovés chaque année dans le parc privé.
• Une baisse de la précarité énergétique de 15% à horizon 2020, par rapport au niveau actuel

En effet, si la rénovation énergétique se maintient à son rythme actuel, à savoir 288 0004 rénovations performantes par an dont 54 000 concernent des passoires énergétiques, les objectifs de la LTECV seront très loin d’être atteints en 2025, même en retenant les hypothèses les plus optimistes. En effet, au rythme actuel, à peine 500 000 passoires énergétiques auront été rénovées dans le parc de résidences principales privées en 2025, et il en restera encore plus de 6,6 millions en ayant déduit les démolitions. De plus, la précarité énergétique, selon la définition retenue dans cette étude – ménages des trois premiers déciles de revenus vivant dans une passoire énergétique – n’aura baissé au mieux que de 5% en 2020, mais elle pourrait même s’accentuer en cas d’augmentation du coût de l’énergie et de diminution des revenus des ménages concernés.
Dans cette perspective, la présente étude dessine les contours d’un plan visant à rénover toutes les passoires énergétiques du parc privé à l’horizon 2025, conformément à l’objectif de la LTECV. Ce plan est dénommé « plan de rénovation ambitieux », par opposition au « scénario tendanciel » correspondant à la poursuite du rythme de rénovation actuel. L’étude analyse les implications de ce plan de rénovation ambitieux en matière d’investissement public et privé et évalue ses bénéfices aux niveaux économique, environnemental, social et sanitaire.

Le plan présenté démarre en 2017 avec 500 000 rénovations, soit le niveau prévu par la LTECV, et prévoit une augmentation progressive du nombre annuel de rénovations jusqu’à 980 000 en 2021, suivi d’une diminution en vue aboutir à la rénovation de l’intégralité des passoires énergétiques en 2025.
1 Communiqué de Presse de l’ONPE du 14/06/2016. Premiers résultats de l’ADEME
2 Centre Interprofessionnel Technique d’Etudes de la Pollution Atmosphérique – 2014 et du CSTB basés sur la dernière Enquête Nationale Logement 2013.
3 Une rénovation est dite “performante” lorsqu’elle contient 2 actions visant à améliorer la performance énergétique du logement
4 Campagne OPEN 2015
5. Plus d’informations sur http://renovons.org/Nos-propositions

Téléchargez le scénario pour la rénovation des passoires énergétiques en France à l’horizon 2025

Revue de presse : 


Commentaires (0)